LA LUNE ET LA TORTUE

La lune et la tortue... Aussi differentes que le jour et la nuit, que la France et le Japon...

27 avril 2006

Le sanctuaire Yasukuni (1)

Le week end dernier, pour m'aérer un peu les idées après avoir étudié toute la semaine, j'ai décidé de me rendre dans le centre de Tôkyô pour visiter le sanctuaire Yasukuni et le jardin Koishikawa Korakuen. Je vous mets une carte, je ne pense pas que cela se voit très bien, mais j'ai mis une grosse croix rouge pour vous montrer un peu où cela se trouve :
Sans le savoir, vous avez peut-être déjà entendu parler du sanctuaire Yasukuni si vous lisez les articles concernant le Japon dans les journaux français. Vous allez comprendre pourquoi tout à l'heure. Tout d'abord, je vous fais un petit cours d'histoire comme d'habitude:

Le sanctuaire Tōkyō Shōkonsha fut construit en 1869 durant l'ère Meiji afin d'honorer les morts de la guerre civile de Boshin qui périrent pour la Nation. 3500 hommes furent sanctifiés et leurs cendres placées dans le sanctuaire afin d'y être honorées. Par la suite, on ajouta également les cendres de victimes de conflits précédents. C'est en 1879 que le sanctuaire prit le nom de sanctuaire de Yasukuni (靖 = yasu = paisible; 國 = kuni = pays) que l'on traduit par "sanctuaire du pays apaisé".

Aujourd'hui, se trouvent les cendres de 2 466 532 Japonais morts dans les différents conflits depuis l'ère Meiji. On trouve également les cendres de Taïwanais et de Coréens, territoires annexés par le Japon (en 1895 pour Taïwan et 1910 pour la Corée jusqu'en 1945) . La plupart des personnes déifiées sont mortes durant la Seconde Guerre Mondiale (2 133 915 personnes). La plupart d'entre-elles étaient militaires mais l'on trouve également les cendres de civils, hommes, femmes et même enfants : infirmières envoyées sur le front, victimes des bombardements ou bien des torpillages de navires, enfants tués dans les usines dans lesquelles ils participaient à l'effort de guerre...

Il faut préciser que jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale, les cendres des victimes de guerres étaient placés d'office dans le sanctuaire, sans l'accord de leur famille !!! (Sympa pour les bouddhistes)

C'est en 1978 que le sanctuaire Yasukuni a commencé à faire parler de lui à l'étranger : cette année là, les cendres de quatorze personnes condamnées à mort lors des procès de Tôkyô (équivalent du procès de Nuremberg en Allemagne) puis exécutées y ont été placées . Certaines d'entre-elles étaient des criminels de guerre de classe A, autrement dit, de hauts officiers militaires ayant planifié, préparé et dirigé l'agression, l'invasion et la colonisation/annexion de Taïwan (1895), de la Corée (1910), de la Mandchourie (1931) et de la Chine du nord (1937). Vous pouvez imaginer l'indignation de ces pays lorsque ceux-là même qui avaient organisé leurs chutes étaient désormais considérés comme des "Dieux".

L'empereur Hirohito s'est rendu plusieurs fois au sanctuaire Yasukuni jusqu'à ce que les cendres des criminels de guerre y soient placées. Plusieurs Premiers Ministres japonais (dont Junichiro Koizumi, l'actuel premier ministre), en revanche, se sont rendus et se rendent toujours régulièrement au sanctuaire. Les gouvernements chinois et coréen crient au scandale, et à vrai dire, je les comprends assez. Imaginez le scandale en Europe si Angela Merkel se rendait sur la tombe des ministres de Hitler (je sais, ils n'ont pas de tombe, mais on peut faire comme si).

Il existe de nombreuses tensions entre le Japon et ses voisines : la Chine et la Corée. Je ne veux prendre part pour aucun des pays impliqués dans ce "conflit" actuel, mais il est clair que je n'approuve absolument pas l'attitude du Japon en ce qui concerne la Seconde Guerre Mondiale et ses suites. Aujourd'hui encore, certains manuels d'histoire destinés aux collégiens nient les exactions commises par l'armée japonaise dans les territoires conquis. Comment les relations Corée-Chine-Japon peuvent-elles s'apaiser tant que le Japon affiche clairement sa position quant au passé, minimisant les crimes de guerre, agissant sans aucun regret sincère malgré les excuses présentées à ses anciens territoires. Ce qu'attendent réellement les deux anciennes colonies, c'est sans doute une indemnisation pour les nombreuses victimes des soldats japonais, comme ces 200 000 "femmes de réconfort", principalement de jeunes coréennes, utilisées comme esclaves sexuelles par les soldats ennemis durant toute la durée de l'occupation.

Il est vrai que les Premiers Ministres Japonais ont affirmé s'être rendu au temple Yasukuni pour des raisons personnelles et non pour honorer les criminels de guerre. Cependant, la justice japonaise a décidé de rendre inconstitutionnelles les visites officielles de Ministres au sanctuaire Yasukuni. La question est donc de savoir si un Ministre peut se rendre à un endroit aussi controversé sans que sa visite ne soit qualifiée d'officielle. Cette question fait d'ailleurs l'objet d'un vif débat depuis la fin des années 1970.

Le sanctuaire Yasukuni gère également un musée. J'ai juste visité le hall et la boutique de souvenir pour prendre quelques photos, mais d'après wikipédia, le musée affiche un ton clairement révisionniste:

"on y nie le massacre de Nankin, l'expansion japonaise en Asie et dans le Pacifique est présentée comme une volonté de constitution d'une zone de prospérité asiatique contre l'impérialisme occidental." D'ailleurs, en japonais, on ne parle pas de "massacre de Nankin" mais "d'incident de Nankin"...

Aucun pays n'est parfait, n'est-ce pas ?

Pour vous montrer comme rien n'est simple, je vous conseille de lire cet article.

(Note: si Junichiro Koizumi se balade sur ce blog, qu'il ait l'amabilité de ne pas m'expulser du pays. Merci d'avance)

2 Comments:

At 28 avril, 2006 12:04, Blogger Marie said...

On en apprend tous les jours avec toi. C'est pratique, plus besoin d'aller en cours d'histoire du Japon !
Au fait, je ne savais pas que le kanji de "kuni" pouvait s'écrire autrement; il y a 3 façons différentes apparemment, d'après mon denshi jisho. Tu connais la différence entre les trois ?

 
At 28 avril, 2006 13:31, Blogger Marjete said...

Parce que tu y allais en cours d'histoire ? ;) (moi non)
Non, je ne connais pas la différence entre ces kanjis, je pense que l'on utilise le plus simple. C'est comme pour "sai", le nombre d'années, il y a différentes façons de l'écrire. Mais je ne connais pas la différence. Je demanderai à ma prof si tu veux. Biz biz.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Tous droits réservés