LA LUNE ET LA TORTUE

La lune et la tortue... Aussi differentes que le jour et la nuit, que la France et le Japon...

24 avril 2006

Okoshi

Oh la la, j'ai fait plein de trucs ce week end alors j'ai plein de choses à vous raconter. Je vais commencer par dimanche parce que j'aime bien être illogique.

Dans le cadre d'un atelier sur la communication à l'université, un groupe de trois étudiantes doit passer trois heures avec moi durant le week end (pas tous les week ends, hein) et organiser des activités. Je dois ensuite écrire un rapport pour les professeurs (en anglais siouplait, ça va me faire du bien, avec tout ce japonais, mon niveau d'anglais baisse de façon incroyable !), le but étant de communiquer un maximum.

Hier, j'avais donc rendez-vous à Asakusa (et oui, encore, j'ai l'impression d'y aller chaque semaine) avec Rie, Ayaka et Yuki. Elles avaient pris rendez-vous dans une boutique de biscuits traditionnels pour un cours de cuisine. Nous devions apprendre à préparer des okoshi. Je ne peux pas trop vous parler de ces biscuits. Nous avons eu une projection sur leur fabrication industrielle mais il y avait plein de termes techniques, je n'ai pas trop compris. Après le petit film, un petit grand-père nous conduit dans l'atelier: table en inox, plaques chauffantes individuelles, ingrédients... Tout est prêt pour nous. Il nous fait une démonstration puis ce sera notre tour.


Dans une casserole, du sirop que l'on fait chauffer environ 30 secondes après y avoir ajouté une cuillère de sucre et une noisette de beurre. Ensuite, on baisse le feu et on ajoute des cacahuètes (ingrédient éminemment japonais) puis on chauffe jusqu'à ce que cela devienne collant.


Après avoir encore baissé le feu, on ajoute des espèces de grains de riz soufflés. En fait, ça n'est pas du tout ça, on a vu leur processus de fabrication sur le film, mais ça a le même goût. Peut-être que vous pourrez essayer de faire la recette comme ça...

On touille bien, et quand ça forme un gros paquet compacte, on le verse dans un moule rectangulaire. Il faut ensuite tout aplatir avec les doigts, aïe aïe aïe, c'est chaud !!!

Ensuite, avec une plaque de métal sur laquelle est fixées des lames, on appuie sur la pâte pour découper des barres, la pâte durcissant en refroidissant. On recoupe dans l'autre sens: on obtient des cubes.

On détache les cubes les uns des autres: c'est prêt ! Il ne reste plus qu'à les placer dans une boîte de métal puis en offrir à ses amis. On peut aussi en faire au chocolat et moi j'ai envie d'essayer au caramel. Pour le prix (2000 yens = environ 13 euros) , on reçoit également un autocollant (ouais !!!) mais surtout, tout ce qu'il faut pour refaire des okoshis chez soi: les petits grains, une casserole et une cuillère (au cas où on en n'aurait pas), du sucre, des cacahuètes...

Une expérience très sympa. La prochaine fois, les filles veulent aller dans un atelier où l'on fabrique soi-même une cloche.

3 Comments:

At 24 avril, 2006 20:46, Blogger Fred said...

Sympa et rigolo! Mais une cloche???

Bonjour les oreilles! On a le matériel pour en faire une chez soi? (moi je fais très bien la cloche d'ailleurs)

 
At 24 avril, 2006 23:17, Blogger Marjete said...

Hi Hi Hi, en fait, il s'agit d'une clochette à vent: c'est une petite cloche à laquelle est attachée un long carré de papier. On l'accroche dehors et lorsque le vent souffle, il entraine la feuille de papier qui fait sonner la cloche (ouh la, je sais pas si c'est très clair. D'habitude ces cloches sont en fonte mais celles que l'on fabrique à l'atelier sont en verre... Je ne sais pas du tout comment on fait pour le moment.

 
At 26 avril, 2006 10:16, Anonymous Didi said...

Ouh la la, un seul mot : Génial !

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Tous droits réservés