LA LUNE ET LA TORTUE

La lune et la tortue... Aussi differentes que le jour et la nuit, que la France et le Japon...

07 février 2006

Karasu: le cauchemar des Japonais

Ami lecteur,

Aujourd'hui, je vais t'en apprendre un peu plus sur Karasu, un monstre redouté des Japonais, même que ce soir, tu pourras aller te coucher en te disant que tu es un peu plus intelligent que quand tu t'es levé (mais juste un peu, pas beaucoup quand même, je suis pas prof, moi, non plus).

Bien avant d'avoir la chance d'apercevoir le terrifiant Karasu, on l'entend chanter. Il pousse cet espèce de cri rauque et aiguë à la fois. Autant être franc: Karasu n'arrive pas à la cheville de José van Dam (mais non, ce n'est pas le frère de Jean-Claude, c'est un chanteur!) et pourtant, ça ne m'empêche pas d'apprécier ce croassement: il a l'air tellement heureux de faire tant de tappage, il met tant de coeur à l'ouvrage, que je ne peux pas m'empêcher d'être touchée. C'est cependant loin d'être l'avis des Japonais qui semblent ne pas partager mes goûts en matière sonore. A peine entendent-il ce cri d'un peu trop près à leur goût qu'ils se mettent à transpirer de sous les bras et roulent des yeux inquiets de tous côtés pour tenter de localiser la bête.

Si les Japonais avaient juste à reprocher son chant étrange à Karasu, cela passerait encore. Mais en plus de cela, Monsieur agit comme un véritable malpropre: il adore, de son gros bec, percer les sacs poubelles déposés soigneusement dans la rue par nos amis japonais. En plus, ces derniers sont super sympas: ils prennent soin de trier minutieusement leurs ordures. Il ne reste plus à Karasu qu'à aller se servir dans les sacs oranges biodégradables qui renferment des trésors d'ordures combustibles (qui, évidemment, sont celles qui sentent le plus fort). Un plaisir pour les narines que j'ai pu apprécier cet automne. Heureusement, les Japonais ont trouvé une parade à ce cauchemar et utilisent des cages à ordures fermées à clef (les cages, pas les ordures) car je vous rappelle que Karasu est un animal très intelligent et ça ne m'étonnerait pas plus que ça qu'il trouve un moyen de rentrer s'il n'y avait pas de verrou.

Moi, j'aime bien Karasu. Je devrais peut-être me méfier. Les Japonais sont scandalisés lorsque je leur avoue que je le trouve très beau, très fier dans son costume tout noir, les cheveux légèrement ébouriffés.

Karasu est le roi des oiseaux à Tokyo: là où il y a des oiseaux, vous êtes sur de trouver Karasu dans le coin. D'ailleurs, les autres oiseaux, on ne les entend pas tellement ici: ils ont bien trop peur de lui et préfèrent se faire discret afin d'éviter que le roi Karasu ne leur boulotte leurs oeufs ou leurs bébés (c'était la séquence horrible, maman, tu peux recommencer à lire maintenant). D'ailleurs, mieux vaut ne pas s'approcher du palais de Karasu au moment où il a ses rejetons à garder. Avec le stress post-natal, en ni une ni deux, il vous attaquera. Et un bec pareil, ça ne doit pas faire du bien. Mais ne soyez pas en colère, il ne fait que protéger sa famille et son territoire après tout. Faut dire que vu les prix de l'immobilier en ce moment, on le comprend.

A Paris, l'année dernière, je donnais déjà à manger aux petits frères français de Karasu qui sont tout de même moins impressionnants. Je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin. Le dimanche, lorsque le parc de l'université est désert, je vais à sa rencontre et lui offre du pain. Evidemment, cela doit rester entre vous et moi: si les autres l'apprenaient, je me ferais lyncher. Je lance d'énorme morceaux de pain à Karasu. Il est bien plus méfiant que ses cousins du pars Monsouri: il a bien compris qu'il n'était pas très apprécié par les êtres humains ici. D'ailleurs, ces types sur deux jambes, ils sont vraiment bizarres: vous devriez les voir se mettre à courir en hurlant comme si ils venaient de voir Hannibal Lekter en personne quand Karasu se risque à passer près d'eux en planant. Ca le fait bien rigoler karasu de voir ces filles à hauts talons tenter de fuir en courant maladroitement, avant que le monstre ne leur crève les yeux à coups de bec. Evidemment, Karasu n'est pas parfait, et parfois, alléché par la bonne odeur d'un sandwich ou une boulette de riz, il attaque les gens et leur pique leur déjeuner. Je reconnais que ça ne doit pas être une expérience très agréable. Mais il y a, la plupart du temps, plus de peur que de mal.

C'est amusant de voir comme les Japonais ont développé certains superstitions concernant Karasu: mon amie Sayaka m'a raconté que si l'on regarde Karasu dans les yeux, il attaque. Evidemment, je ne manque pas de lui prouver le contraire à chaque fois que l'on croise Karasu. Je suis même restée plusieur fois en face de lui, mon sandwich à la main, et rien ne m'est arrivé. A votre avis, entre les deux qui a plus peur de l'autre? Karasu ou le Japonais?

PS: j'ai oublié de vous dire que "Karasu" veut dire "corbeau" en japonais. Je ne sais pas trop de quel genre de corbeau il s'agit, mais vu sa taille et sa couleur, je dirais le Grand Corbeau.

2 Comments:

At 08 février, 2006 20:30, Anonymous Madame Pas Contente said...

Super interessant cette histoire de karasu.
Merci de m'avoir cultivée !

 
At 15 février, 2006 14:56, Blogger Marjete said...

Contente que ça t'ait plu ;-)

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Tous droits réservés