LA LUNE ET LA TORTUE

La lune et la tortue... Aussi differentes que le jour et la nuit, que la France et le Japon...

10 février 2006

Monsieur Patapouf

Aujourd'hui, permettez-moi de vous présenter un membre typique de la faune de mon quartier: le chat (mais un en particulier).


Ce matin alors que j'attendais ma prof devant la bibliothèque, clignant des yeux sous le soleil de l'hiver japonais, j'ai soudain senti un truc gros, mou et doux se frotter sur ma jambe. J'ai baissé les yeux et (roulement de tambour) tadaaaaa (c'est le son des trompettes): c'était Monsieur Patapouf me rendant une petite visite de courtoisie.

J'avais déjà croisé Monsieur Patapouf auparavant. Autant vous le dire: dans une université peuplée uniquement de jeunes filles qui pensent que tout ce qui est petit, poilu et sur quatre pattes est très "kawaiiii!!!" (mignonnn!!!! Mais prononcé avec des voix très aiguës et pleines d'excitation), Monsieur Patapouf règne en roi sur sa cour. Tout le monde l'a déjà vu au moins une fois à la fac, et tout le monde l'adore. Au réfectoire, Monsieur Patapouf attend patiemment qu'une jeune damoiselle, ayant pitié de lui, lui laisse la porte ouverte pour qu'il puisse se réchauffer dans les odeurs de râmen et de thé vert. Dès qu'il pointe son nez délicat et son air de faire la gueule, Monsieur Patapouf se retrouve entouré par un groupe de groupies hystériques. Monsieur Patapouf, en grand professionnel, garde toujours son calme et se contente de s'affaler sur le sac d'une de ces demoiselles, l'air de rien, en regardant ostensiblement ailleurs. Aussitot le pacha à son aise, ses sujettes s'occupent de lui: l'une caresse sa grosse tête, l'autre le prend en photo, une autre encore lui donne à manger... De temps en temps, Monsieur Patapouf accorde un semblant d'attention à l'une d'entre elle, puis retourne à ses pensées de chat.

En deux mots: Monsieur Patapouf mène la grande vie. Evidemment, personne ne sait vraiment d'où il vient: Monsieur Patapouf est entouré d'une aura de mystère qui contribue beaucoup à son charme.

Comme son nom l'indique, Monsieur Patapouf est gros. Mais ne vous moquez pas de lui, ça lui va très bien. D'ailleurs, je n'ai pas vu un seul chat mince depuis que je suis arrivée ici. Monsieur Patapouf a une queue très courte: je ne sais pas si c'est son charme naturel ou bien si c'est parce que l'on coupe la queue des chats au Japon. Autre caractéristique de Monsieur Patapouf - mis à part faire sa star- il aime beaucoup chanter, ce que, soyons honnête, il ne fait pas franchement bien. Mais étant très susceptible à ce propos mieux vaut ne pas lui en faire la remarque. Comme seul atour, Monsieur Patapouf porte un collier multicolore un peu vieillot avec deux petits grelots. De cette façon, on l'entend approcher de loin ce qui nous laisse le temps de nous préparer correctement à sa venue en lui versant une petite soucoupe de lait ou bien en lui ouvrant une boîte de sardines...

Monsieur Patapouf m'aime bien. J'ai de la chance. C'est peut être parce que depuis l'hiver, je le laisse discrètement rentrer à l'intérieur de la bibliothèque pour qu'il n'ait pas froid. C'est vrai qu'avec ses grelots, il n'est pas franchement discret, mais il reste sagement assis à l'entrée, les pattes au chaud. Et de cette façon, il peut surveiller les allers et venus. Monsieur Patapouf est un chat heureux.

Ce matin, Monsieur Patapouf, pris d'une crise d'angoisse face à la fac vidée de ses étudiantes pour les vacances de printemps, apeuré à l'idée que plus personne ne puisse l'admirer et le vénérer, s'est jeté à mes pieds. Evidemment, il a été dûment récompensé et caressé. Monsieur Patapouf est très affectueux. En plus, j'avais eu la bonne idée de prendre mon appareil photo et je l'ai mitraillé pendant un quart d'heure, lui rappelant pendant un instant son succès d'antan. Pour être plus à l'aise, j'ai posé mon manteau par terre. Monsieur Patapouf s'est empressé d'en faire son nouveau lit: il s'est couché dessus et s'est un peu calmé en voyant que je n'appréciais pas particulièrement le fait qu'il plante ses griffes dedans. Comme toutes les stars/comme tous les chats, Monsieur Patapouf tourne la tête et bouge toujours au dernier moment, juste lorsque l'on appuie sur le déclencheur. J'ai tout de même réussi à prendre des tonnes de bonnes photos de Monsieur Patapouf et autant vous dire qu'en sélectionner une pour ce blog n'a pas été facile. Mais je pense qu'elle rend parfaitement compte de la personnalité de Monsieur Patapouf, que je salue d'ailleurs en passant. C'est sur: si Monsieur Patapouf a une connexion internet il va passer son temps à s'admirer sur ce blog, remontant ainsi mon nombre de visiteurs. Merci Monsieur Patapouf!

6 Comments:

At 10 février, 2006 23:16, Blogger papounet said...

Monsieur Patte à Pouf est très gros il a un beau regard qui me rappelle un peu Lucifer ("zob zob zob cendrillon")rien à voir avec nos chats européen de race commune... Ah pourquoi Koschka ne va pas faire une carrière de Sumotori...

 
At 11 février, 2006 20:35, Blogger Fred said...

Je viens de faire un tour sur ton blog... C'est joli et intéressant! Je reviendrai!

A+

 
At 11 février, 2006 20:36, Blogger Fred said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

 
At 15 février, 2006 14:53, Blogger Marjete said...

Papounet: oh oui, c'est vrai, il gagnerait sans aucun problème avec ses 12 kilos de croquettes de luxe. D'autant plus que ces temps-ci, les sumotori mongoliens, bulgares et hawaïens l'emportent sur les Japonais!

Fred: Je suis très contente que tu apprécie mon blog. N'hésite pas à revenir! J'ai vu que tu venais de Suède? Alors: Velkommen til min blog! A bientôt!

 
At 15 février, 2006 19:02, Blogger Fred said...

OJ, på norska! Tack så mycket! Jag kommer nog varje dag!

 
At 16 février, 2006 04:07, Blogger Marjete said...

Jeg husker ikke Norsket :(
Jeg like din blog ogsa.
Ha det!

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Tous droits réservés