LA LUNE ET LA TORTUE

La lune et la tortue... Aussi differentes que le jour et la nuit, que la France et le Japon...

31 août 2006

Takayama

Takayama est une petite ville de la préfecture de Gifu, dans le centre de Honshu, la plus grande île du Japon. On peut s'y rendre en bus de nuit : départ de Tôkyô vers 23h, arrivée devant la gare de Takayama à 6h, oups, sauf que mon chauffeur s'était endormi le pied sur l'accélérateur et qu'on est arrivés à 5h du matin.

Arriver à Takayama à 5h du matin, c'est toute une aventure. Comme je vous l'ai dit auparavant, c'est une PETITE ville et il ne s'y passe rien avant 7h du matin. Heureusement, au Japon, le jour se lève très tôt et j'ai eu l'occasion de parcourir les rues de la ville alors que celles-ci étaient encore pratiquemment désertes.

Ce qui a fait la réputation de Takayama (qui, en passant, signifie "haute montagne"), c'est la vieille ville, qui du fait de sa situation reculée a échappé aux destructions causées par les guerres et autres évènements pas très sympathiques. Takayama a donc conservé ses rues datant de l'époque Edo (1600-1868, ça ne nous rajeunit pas): rues étroites, petite maisons de bois, nombreuses boutiques...

Takayama, ville entourée de montagnes et de forêt, ne possède pas de grandes ressources agricoles mais a toujours exploité son environnement du mieux qu'elle l'a pu : les menuisiers de Takayama étaient réputés pour leur talent d'artisan. Au VIIIème siècle, la ville de Takayama n'ayant pas les moyens de payer l'impôt en riz, le gouvernement exigea que la ville envoie des charpentiers sur les grands chantiers du Japon. On peut d'ailleurs (plus tard dans la journée) visiter une ancienne maison réalisée par les charpentiers de Takayama. Il s'agit de la maison
Yoshijima qui appartenait à une famille de marchands de sake très prospères durant l'époque Edo.

Après avoir déambulé pendant deux heures dans les rues de Takayama, ouf, je trouve enfin un peu de vie: dès 7h du matin, deux petits marchés commencent à s'animer.

Certains marchands installent leurs produits sur une petite place de la ville. D'autres préfèrent se fixer sur le petit chemin qui longe la rivière. On y trouve notamment toutes sortes de légumes saumurés que l'on peut goûter dans un petit bol (comme sur la photo). C'est délicieux mais pas idéal en guise de petit déjeuner.


On y trouve aussi des fruits frais. La plupart des échoppes sont tenues par de gentilles grands-mères.


On y vend également divers souvenirs pour les touristes dont les fameux "saru-bobo" (qu'on peut traduire par "bébés singes") porte-bonheurs typiques de Takayama. Il s'agit de petites poupées de tissu rouge à la tête blanche et sans visage, suspendues à une corde par les pieds et les mains.


Bref, encore un endroit très sympa au Japon. Dans le prochain épisode, je vous montrerai ce que je suis vraimentvenue voir à Takayama.

6 Comments:

At 31 août, 2006 21:22, Anonymous daenaria said...

C'est vraiment très beau, j'attends le prochain message avec impatience!

 
At 01 septembre, 2006 09:13, Anonymous ktl said...

on dirait le village du début dans le "voyage de Chihiro" !

 
At 01 septembre, 2006 14:33, Blogger Marjete said...

Oh oui, hi hi hi, le village où les parents se goinfrent!!! C'est vrai que ça y ressemble! Merci Ktl :)

 
At 03 septembre, 2006 18:19, Anonymous Daria said...

Bonjour!
Aucun rapport avec ton dernier post, mais j'ai suivi avec attention tes préparatifs pour la confection des fameux umeboshis...peut-on avoir des nouvelles du fond du placard à futon ?
Merci !

 
At 05 septembre, 2006 21:50, Blogger Marjete said...

Tes désirs sont des ordres Daria ;) J'avais complètement oublié mes umeboshi...

 
At 07 octobre, 2006 22:58, Anonymous pascaloune said...

Je découvre ton blog grace à Damouredo. Le japon me fascine comme quelqu'un qui n'a que des images d'Epinal... Alors je dévore tes photos, même si je ne prends pas le temps de lire tous les textes. à bientôt!

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Tous droits réservés