LA LUNE ET LA TORTUE

La lune et la tortue... Aussi differentes que le jour et la nuit, que la France et le Japon...

17 février 2006

冬終る

J'ai tiré le titre de ce poste d'un site français qui présente des haïkus, ces petits poèmes japonais, sur les saisons:

Une tortue meurt
Comme elle a vécu, en silence...
L'hiver se termine. Akito ARIMA

冬終る, fuyu owaru, l'hiver se termine...

Depuis trois jours à présent, les températures se sont vraiment adoucies ici. Mercredi, on avait même l'impression d'être au début de l'été: un grand soleil, un ciel bleu, des oiseaux autres que les corbeaux qui chantaient et même des bourgeons sur les arbres et des petits germes sortant de terre... Il est donc temps que je vous parle de l'hiver japonais avant que tout cela ne se termine.

Evidemment, il est difficile de parler de l'hiver japonais lorsque l'on sait que le Japon s'étend sur 3000 Km de latitude (c'est pas en degrés, la latitude, normalement?): il vaut mieux parler des hivers japonais. Par exemple, l'hiver à Hokkaidô, la grande île du nord est très différent de celui d'Okinawa, une île japonaise proche de Taiwan où le climat est subtropical (humide et chaud). Bon, j'arrête de jouer les profs de géographie du collège... Mais vous avez compris ce que je voulais dire.

Avant de partir, on m'avait dit que l'hiver à Tôkyô était très proche de l'hiver à Paris. C'est complètement faux! S'il est vrai que les températures sont relativement similaires, l'hiver ici est très sec et il a fait un temps magnifique pratiquement tous les jours: grand ciel bleu et soleil en hiver, il y en a que ça fait rêver...

Cependant, les régions qui se trouvent un peu au nord de Tokyo ont été cette année touchées par des chutes exceptionnelles de neige qui ont pris les Japonais au dépourvu: accidents de train, immobilisation de la circulation, avalanches meurtrières et écroulements de maisons sous le poids de la neige avec leurs habitants à l'intérieur. Bref, pas très sympa. Comme je vous l'ai dit, on a eu deux jours de neige ici, dans la banlieue de Tôkyô ce qui n'a pas l'air très courant. Mais mis à part ça, bien que l'on dise que l'hiver de cette année est vraiment exceptionnel, je ne trouve pas qu'il ait fait très froid à Tôkyô. En même temps, ayant passé un an au nord du cercle polaire, je suis peut-être immunisée contre le froid...

Mais parlons de choses moins agréables: il y a quelques années, ma famille avait reçu en guise de carte de voeux de la part d'une amie anglaise vivant au Japon, une dissertation sur les tuyaux de chauffage de son appartement. (Alice, si tu me lis...) Ca nous avait bien fait rigoler. Ces derniers mois, j'ai compris ce qu'elle voulait dire. Non pas à cause des tuyaux de chauffage vu que mon appartement est chauffé par la fée électricité. Non non, à cause de l'isolement des maisons japonaises. En gros, pour résumer: elle est inexistante. C'est bien simple: il faisait pratiquement aussi froid chez moi que dehors.

Chez moi, la porte d'entrée donne sur une grande cuisine qui n'a aucun chauffage. Au fond de la cuisine, il y a deux portes au fond de la cuisine qui donnent sur la chambre et sur le bureau. La chambre et le bureau sont équipés d'un système de climatisation, moyen de chauffage très répandu au Japon (et très polluant, rappelons-le). Les climatiseurs sont des espèces de grosses boîtes parallélépipédiques fixées sur le mur à environ 20 cm du plafond. Ce qui n'est pas très malin: tout le monde sait que l'air chaud est plus léger que l'air froid (montgolfières à l'appui) et donc, l'air chaud soufflé en hauteur reste au niveau du plafond. Pour résumer, à moins que vous ne mesuriez deux mètres de haut (ce qui n'est pas mon cas et qui est assez rare au Japon), vous ne sentirez pas la différence.

Autre défaut de mon appartement: dès que l'on fait marcher deux appareils électriques en même temps, les plombs sautent. J'ai renoncé dès le départ à dormir dans la chambre et j'ai déménagé mon futon dans le bureau puisqu'une seule pièce était potentiellement chauffable. Je sais que mes voisines continuent à travailler dans leur bureau et à dormir dans leur chambre, je ne sais vraiment pas comment elles peuvent le supporter...

Parce qu'autant le dire, il fait très froid chez moi, notamment dans la cuisine-salle de bain-toilette où le chauffage est inexistant. Ah si, quand même, joie de la technologie japonaise de pointe en matière de toilettes: les miennes sont équipées d'un siège chauffant... que je n'utilise pas car j'étais incapable de me relever une fois assise dessus (ce qui, avouez le, est assez ennuyeux). A partir du moment où le matin, en allant préparer mon petit déjeuner dans la cuisine je me suis mise à trembler et à claquer des dents, je me suis acheté un thermomètre que j'ai collé sur mon frigo. J'ai vu la température varier énormément. Je dirais que la plupart du temps, il faisait 8°C dans ma cuisine. D'ailleurs, un jour où j'ai voulu utiliser mon huile d'olive, je me suis rendue compte qu'elle avait gelé (l'huile gèle autour de 10°C). J'aurais aimé vous montrer une photo, mais comme je vous l'ai dit, la température a augmenté depuis 3 jours et elle est redevenue liquide.

Par la suite, j'ai découvert que j'avais un petit radiateur électrique portable. Il a fonctionné sans arrêt les dernières semaines, faisait exploser ma facture d'électricité. Tout le monde connaît le dilemme du radiateur électrique: soit on est trop loin et on ne sent rien, soit on est trop près et ça brûle les jambes. Je me suis vite résignée à utiliser des couches supplémentaires pour pallier aux maigres moyens de chauffage (ben oui, par exemple lorsque j'utilise mon four à micro-ondes, ma machine à laver, mon sèche-cheveux... je ne peux pas utiliser le radiateur électrique). Je dors donc habituellement avec:

- deux paires de chaussettes, une en laine épaisse, l'autre fourrée à l'intérieur
- deux pantalons de pyjama dont un très épais en polaire. Merci etam :-)
- trois T-shirts en coton à manche longue (un gris, un blanc et un rouge)
- une veste de pyjama en polaire, assortie au pantalon
- une couette
- trois couvertures placées les unes sur les autres par dessus la couette
- une bouillotte qui pue bizarre

Malgré cela, j'avais toujours froid la nuit (je ne laisse pas le chauffage la nuit, donc le matin, il faisait environ entre 4°C et 10°C dans ma chambre-bureau. ) alors je me suis mise à la couverture chauffante. Cet objet, bien qu'il n'ait pas participé à faire diminuer ma facture d'électricité est un cadeau béni des Dieux: finies les nuits passées à me réveiller quatre ou cinq fois, en grelottant, cherchant à tâtons une de mes chaussettes glissantes au fond du lit... Je revis avec cette couverture, c'est incroyable, je ne savais même pas que cela existait!!! C'est une couverture normale mais à l'intérieur de laquelle se trouvent des fils conducteurs. On la branche et hop, les fils se mettent à chauffer. Moi je la plaçais sous moi, c'était vraiment le bonheur.

En ce qui concerne les douches, j'ai honte de le dire mais je me lavais les cheveux le moins souvent possible... Me retrouver ensuite pendant deux heures avec les cheveux mouillés dans un appartement à 8°C, merci bien. En plus, le système électrique du Japon fonctionne sur 110V donc mon sèche-cheveux français est très faiblichon ici et ne sert absolument à rien. Je me lavais quand même tous les jours (ben oui, pour qui vous me prenez? Mimi-cracra?) mais super vite. Hop là, on se mouille, on se savonne, on se rince, et on court encore toute mouillée dans le bureau se coller devant le radiateur électrique.

Bon, je me plains, je me plains, mais je sais que c'est la même chose dans la plupart des maisons japonaises. Une des profs m'a raconté que le premier appartement qu'elle avait occupé au Japon était pareil: elle laissait l'eau du bain dans la baignoire (les Japonais font ça, je crois que c'est en cas d'incendie mais je ne suis pas sûre) le soir. Le matin, en se levant, elle retrouvait une pellicule de glace à la surface de l'eau.

Les seuls endroits qui sont bien chauffés ici sont les bâtiments administratifs et officiels (l'université par exemple) où il règne une chaleur incroyable en hiver (on se met en T-shirt) et un froid en glacial en été (on enfile un pull) pour cause d'abus de climatisation.

Bon, je ne vais pas poster sans photo quand même: en voila une du thermomètre qui se trouve sur mon frigo le jour où il a fait le plus froid dans mon appartement. Non non, je ne l'ai pas mis dans le congélateur avant pour avoir une photo-choc: il faisait bien 0°C dans ma cuisine. J'ai pris cette photo à 10h du matin, alors qu'il faisait jour... Donc vous pouvez imaginer la température qu'il faisait durant la nuit (d'ailleurs, moi qui me lève alors qu'il fait encore nuit, je sens vraiment la différence dès que le soleil apparaît). Bon, ça n'est quand même pas arrivé souvent qu'il fasse 0°C chez moi mais ce jour là, il faisait meilleur dans mon frigo que dans ma cuisine :-)


Note: Alors que je cherchais des expressions faisait référence au printemps pour le titre de ce poste, je suis tombée sur celle-ci: 春を売る (haru wo uru), "vendre le printemps" qui signifie... Essayez de trouver. C'est très poétique, vous verrez.

13 Comments:

At 17 février, 2006 09:06, Blogger Fred said...

Brrrr tu me fais froid! Tu as essayé les petits coussins remplis de blé/noyaux de cerises qu'on fait chauffer au four/micro ondes?

Y'a pas des bains genre baisn de vapeur ou autre (pour en profiter pour se laver les cheveux?).

 
At 17 février, 2006 10:04, Blogger Marjete said...

En fait, ma bouillote c'est comme un coussin rempli de fleurs de lavande que l'on passe au micro-ondes. Malheureusement, avec les multiples passages au four, elle s'est mise à sentir le pâté. Remarque, les noyaux ça doit rien sentir. A voir donc...

Et puis il y a le sentô près de chez moi: le bain public où l'eau est à 41°C. C'est très agréable, on peut prendre une douche de 30 minutes et ensuite un bain, mais il n'y a rien pour se sécher les cheveux et sortir dans la nuit avec les cheveux trempés... J'ai tendance à éviter à vrai dire ;)

 
At 17 février, 2006 19:57, Blogger Fred said...

Oui effectivement je vois avec le bain public... Sinon ca avait l'air chouette (il y a des bains japonais super luxueux à Stockholm, un jour il me faudra essayer).

Au fait, le printemps j'achète! Mais je me demande ce que l'expression veut dire... je vais y réfléchir...

 
At 17 février, 2006 20:03, Blogger Terra Vecchia said...

belle découverte du japon
tradition
hommages divers
j'apprécis

 
At 17 février, 2006 22:51, Blogger Marjete said...

Merci le grain de sel, bienvenue sur ce blog. Je vais aller faire un tour sur le tien immédiatement.

 
At 17 février, 2006 22:53, Blogger Marjete said...

Oh oui, essaye les bains japonais, tu verras, c'est vraiment très agréable, surtout si tu aimes l'eau très chaude.

Hi hi hi, tu verras, vendre le printemps n'aura surement pas le sens que tu pourras imaginer ;-) Bon courage quand même.

 
At 18 février, 2006 13:43, Anonymous Anonyme said...

j'aime aussi les Haïkus!!!
tu vois en une année de camaraderie universitaires, on n'a que peu de temps pour partager ce genre de choses. (beaucoup plus importantes entre nous soit dit que de commenter la compétence ethnographique de croutonneux de profs!).
En voilà un rien que pour toi:
Salsifis du Bengale ne se prive de rien
Souffrant d'une fringale,
Il a mangé son chien.

 
At 19 février, 2006 02:41, Anonymous Audrey said...

Tu devrais peut-être déménagé dans ton frigo ! :-)

Je découvre juste ton blog, et il est trés intéressant je trouve. J'ai commencé à apprendre le japonais et j'aime beaucoup !

 
At 19 février, 2006 03:07, Blogger Marjete said...

Merci Audrey, bienvenue sur ce blog! Je suis contente qu'il te plaise. A bientôt! :-)

 
At 19 février, 2006 16:32, Anonymous Anonyme said...

olala je suis même pas foutu de signer mes commentaires!
ma petite Marjete, c'est Elsa l'amateur d'Haïkus!

bisous
zaza

 
At 21 février, 2006 03:21, Blogger Marjete said...

Té, Elsa, je t'ai cotoyée pendant un an et je ne confondrais ton style incomparable avec personne d'autre. Je traduis: je t'avais reconnue. Mais au fait, es-tu l'auteur talentueux de ce haikus? Parce que si c'est le cas, j'espère que tu vas m'en offrir d'autres que je pourrai publier allègrement sur ce site :-)

 
At 21 février, 2006 14:28, Anonymous Zaza du 9-3 said...

Oh trop flattée que tu me reconnaisse malgré les maladresses anonymiques! et je regrette vraiment de ne pas être l'auteur de cet Haiku qui est mon haiku fétiche. Attends que le stress de la rédaction du diagnostic territorial de Bondy ("la Seine Saint Denis, c'est d'la bombe baby" dixit NTM) cesse de faire bugger mon inspiration et promis que je dédicace mes premiers Haikus de 2006.

ps: super ton questionnaire, ça peut faire un peu questionnaire entre copines au collège mais c'est rigolo d'en apprendre un peu plus sur toi maintenant que tu es au Japon!
+ Fred a raison concernant ta subtil plume! Mais je l'avais décelé bien avant lui! ;)

elsa

 
At 21 février, 2006 15:45, Blogger Marjete said...

Elzou, tu gaffes: Fred c'est une fille... Mais je suis sure qu'elle te pardonnera (n'est-ce pas?)
Je suis pressée de lire ta production future haikuesque et j'espère qu'elle sera tout de même légèrement inspirée de NTM puisque le 93 semble être ton berceau. Et puis que la phrase citée m'a fait beaucoup rire. Biz biz de Monsieur Patapouf qui a l'air de te considérer comme sa plus grande fan.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

Tous droits réservés